Mieux comprendre le prix du kWh TTC (toutes taxes comprises)

prix du kWh TTCPrix du kWh TTC, qu’est ce que ça veut dire ? Les offres d’électricité et de gaz mettent en avant un prix du kWh HT, toutefois, sur la facture, le montant à payer est plus élevé. En effet, ce qui est facturé, c’est le prix du kWh TTC. À quoi correspond précisément la différence entre ces deux prix  ? Quelles sont les taxes appliquées sur les tarifs de l’énergie ?

► Comparer les fournisseurs d’énergie

Le prix du kWh TTC – toutes taxes comprises – se compose donc du prix du kWh HT – hors taxes – et …. des taxes. Mais quelles sont elles ? Et comment est déterminé le prix du kWh en France ?

Des taxes fixées par l’État

Les taxes sur le prix du gaz et de l’électricité sont fixées par l’État et sont, la plupart du temps, identiques pour tous les fournisseurs d’énergie. Autrement dit, les fournisseurs historiques ou alternatifs n’ont pas réellement de marge de manœuvre pour réduire ces frais. Que le consommateur souscrive chez l’un ou l’autre, les taxes seront les mêmes.

Note : pourtant, il existe bien des fournisseurs moins chers que d’autres, car les fournisseurs alternatifs baissent leurs marges et ont moins de frais. En électricité, Mint Energie est par exemple le fournisseur le moins cher. >> En savoir plus

Ces taxes représentent, en moyenne, plus d’un tiers de la facture d’électricité et un quart de celle de gaz. En effet, elles atteignent, respectivement, 37% et 25% de la somme totale déboursée par les ménages.

Taxes de l’électricité

Quatre taxes viennent composer la partie fixe des tarifs de l’électricité :

  • La Contribution au Service Public de l’Électricité (CSPE) : elle représente près de 16% de la facture. Elle a été instaurée en 2003 pour dédommager les éventuels surcoûts des opérateurs, suite aux obligations imposées par fournisseurs d'énergiela loi de modernisation et de développement du service public de l’électricité.
  • Les Taxes sur la Consommation Finale d’Électricité (TCFE) : elles s’appliquent pour les particuliers et les professionnels avec un compteur électrique de moins de 250 kVa. Ils devront débourser à la fois une part départementale (TDCFE) et une part communale (TCCFE).
  • La Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA) : elle sert au financement du régime de retraite des agents professionnels des industries électriques et gazières (IEG). La taxe évolue en fonction de la puissance du compteur électrique. Autrement dit, plus le compteur est puissant, plus la taxe est élevée. Elle ne représente qu’1% de la facture d’électricité.
  • Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) : elle taxe différemment l’abonnement (5,5%) de la consommation (20%). De plus, la CTA est taxée à 5,5% tandis que la TCFE et la CSPE sont toutes deux taxées à 20%. La TVA est donc proportionnelle à la consommation électrique.
Information : Les industriels et grandes entreprises ayant un compteur électrique de plus de 250 kWa seront redevables des Taxes Intérieures sur la Consommation Finale d’Électricité (TICFE) et non pas des TCFE.

Taxes du gaz

Le prix du gaz est impacté par trois taxes :

gaz

  • CTA : toujours à destination de la Caisse nationale des IEG (industries électriques et gazières), elle représente presque 5% de la facture de gaz. Toutefois, elle peut varier en fonction du fournisseur. En effet, son montant dépend de l’approvisionnement en gaz choisi par le fournisseur et du type d’usage du gaz (cuisson, chauffage…).
  • La Taxe Intérieure sur la Consommation de Gaz Naturel (TICGN) s’adresse à tous les foyers se chauffant au gaz. À destination de l’État, elle s’applique sur le prix du kWh du gaz naturel. Malgré tout, 2% de cette taxe permet de financer la transition énergétique. Elle était à 5,88€/MWh (mégawatt/heure) en 2017 et compte atteindre 16,02 €/MWh à compter de 2022.
  • TVA : elle est basée sur le même schéma que celui du prix du kWh TTC de l’électricité. L’abonnement et la CTA sont taxés à 5,5% tandis que le coût de la consommation et la TICGN sont taxés à 20%.

La détermination du prix du kWh TTC

Les fournisseurs ne proposent pas le même tarif de l’énergie. En effet, depuis 2007, le marché de l’énergie est ouvert à la concurrence, et les fournisseurs d’énergie sont libres de proposer autant d’offres que de prix du kWh TTC différents. 

Toutefois, les pouvoirs publics, après avis de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE), définissent le prix du kWh TTC réglementé. Ce sont les offres Tarif Bleu d’EDF pour l’électricité et du Gaz Tarif Réglementé d’Engie pour le gaz. Notons également que les Entreprises Locales de Distribution (ELD) peuvent proposer des offres au tarif réglementé sur leur zone de desserte.

fin des tarifs réglementés

Pour résumer, la détermination du prix du kWh TTC prend en compte :

  • Le type de tarif (réglementé, indexé, fixe, libre)
  • L’option tarifaire choisie (base ou heures pleines/heures creuses) pour l’électricité
  • La puissance du compteur pour l’électricité (de 3kVa, à 36kVa)
  • La zone tarifaire pour le gaz
  • La consommation pour le gaz
  • Les taxes

Qu’est ce qu’un kWh ?

Le kilowattheure (kWh) est une unité de mesure d’énergie. Son rôle est de quantifier l’énergie que consomme, en une heure, un appareil électrique d’une puissance de 1 000 watts.

Attention, le watt (W) et le kWh ne doivent pas être confondus. En effet, le premier correspond à la puissance de l’appareil électrique tandis que le second mesure la consommation de l’appareil électrique. Le W et le kWh ne représentent donc pas la même chose !

Pour le gaz, c’est un peu différent. Le compteur mesure le volume de gaz en m3 mais la consommation se retrouve convertie en kWh. Pour ce faire, GRDF fournit un coefficient de conversion. Ce dernier se voit multiplié par le volume de gaz consommé en m3 pour obtenir la consommation en kWh. Par exemple, 88 m3 de gaz naturel correspondent à 1 000 kWh.

Le prix du kWh TTC est appliqué sur la totalité de la consommation d’électricité ou de gaz.

Le prix du kWh TTC le moins cher

Même si une partie du prix du kWh TTC est fixe, comme les taxes, les 60% à 75% restants peuvent varier en fonction des fournisseurs. En effet, les fournisseurs d’électricité et de gaz peuvent fixer librement leur prix.

tarifs mint energie

Electricité : Le meilleur prix du kWh TTC

Le prix du kWh TTC correspond à celui pour un compteur électrique de 6kVa.

  • Un prix libre est un prix du kWh TTC librement fixé par le fournisseur. Autrement dit, les tarifs fixés par le fournisseur ne tiennent pas compte du tarif réglementé. Mint Energie propose une offre Online et 100% Green avec un prix du kWh TTC de 0,1315€. C’est l’un des fournisseurs d’électricité avec un prix du kWh le moins cher.

>> En savoir plus sur l’offre de Mint Energie

  • Le prix indexé est fixé en fonction du prix du kWh EDF en conservant un pourcentage de réduction. C’est le cas de Vattenfall qui propose une offre d’électricité à prix indexé de -10% par rapport au tarif réglementé ! Le prix du kWh TTC de l’offre Electricité Eco est de 0,1338€.

>> En savoir plus sur l’offre de Vattenfall

  • Un prix fixe n’évolue pas pendant une durée définie (1, 2 ou 3 ans en fonction du fournisseur). C’est Eni qui propose l’offre d’électricité à prix fixe la plus rentable. Son offre Webeo propose un prix du kWh TTC de 0,1419€ fixe pendant 2 ans.

>> En savoir plus sur l’offre d’Eni

Gaz : Le meilleur prix du kWh TTC

Les données correspondent aux tarifs d’avril 2019 pour une consommation de 7 000 kWh en zone 1.ilek

On retrouve les mêmes types de tarifs que pour l’électricité. Toutefois, les offres les moins chères ne sont pas proposées par les mêmes fournisseurs.

  • Prix indexé : la meilleure offre est la Gaz bio proposée par Ilek avec un prix du kWh TTC de 0,0559€, c’est l’offre qui permet de faire le plus d’économies. Que les tarifs réglementés du gaz augmentent ou non, le prix du kWh TTC d’Ilek lui sera toujours inférieur d’environ 6%.

>> En savoir plus sur l’offre d’Ilek

  • La meilleure offre de gaz à prix fixe est celle de Vattenfall. Avec Gaz Fixe 36 mois, le fournisseur propose un prix du kWh TTC de 0,0577€. Autrement dit, le prix du kWh TTC n’évoluera pas pendant les 3 ans qui suivent la souscription du contrat.

>> En savoir plus sur l’offre de Vattenfall

Notre avis :

Après le gel du premier trimestre de 2019, les tarifs de l’énergie subiront une forte augmentation à l’été 2019. Nous conseillons fortement les consommateurs à se tourner vers des offres d’énergie à prix fixe qui ne subiront donc pas les hausses des tarifs.


Rédigé par Anys

On vous donne la parole, participez au Forum Capitaine-Energie.com !