Biogaz : tout savoir sur le gaz écologique

biogazLe biogaz est l’alternative renouvelable au gaz naturel. Produit grâce à la fermentation de matières organiques, il permet de valoriser des déchets de tous types, d’origine animale ou végétale. Vouées à s’épuiser, les ressources de production du gaz naturel doivent trouver remplaçant. Les déchets humains sont des ressources inépuisables.

► Découvrir notre comparateur de gaz

Souscrire une offre de biogaz auprès d’un fournisseur

Tarif TTC - Dernière mise à jour : Avril 2021
FournisseursTarifs TTC - Zone 1 - Plus de 6 000 kWhCaractéristiques de l'offreEn savoir plus
Total direct energie
Offre verte
Abonnement mensuel : 20,74€
Prix au kWh : 0,0533€
- Offre 10% verte
- Tarifs 2% inférieurs par rapport aux tarifs réglementés
- Sans engagement ni frais de résiliation
► VOIR
L’OFFRE
ekwateur
Gaz variable 5%
Abonnement mensuel : 26,37€
Prix au kWh : 0,0488€
- Offre 5% verte
- Prix indexé
- Sans engagement ni frais de résiliation
► VOIR
L’OFFRE
eni
Astucio Planète
Abonnement mensuel : 22,93€
Prix au kWh : 0,0556€
- Offre compensée carbone
- Prix fixe
- Sans engagement ni frais de résiliation
► VOIR
L’OFFRE
ekwateur
Gaz variable 100%
Abonnement mensuel : 26,37€
Prix au kWh : 0,0609€
- Offre 100% verte
- Prix indexé
- Sans engagement ni frais de résiliation
► VOIR
L’OFFRE
engie
Option Mon gaz vert
Abonnement annuel : 249,36€
Prix au kWh : 0,0500€
- S'applique sur toutes les offres d'Engie
- 5% verte : 1,50€ TTC / mois
- 100% verte : 30€ TTC / mois
- Sans engagement ni frais de résiliation
► VOIR
L’OFFRE

L’offre verte de Total Direct Energie

avis total direct energieTotal Direct Energie propose un tarif indexé sur les tarifs réglementés d’Engie. L’offre de gaz de Total Direct Energie propose un taux de 10% de biogaz et une remise de 2% sur les tarifs réglementés de vente du gaz. Cela signifie que le prix va varier au rythme des tarifs réglementés, mais la remise est garantie pendant toute la durée du contrat. C’est le type de prix le plus sécurisé en ce qui concerne l’économie Le fournisseur communique directement sur l’origine du biogaz utilisé. Aussi, le service client téléphonique disponible 6 jours sur 7 est inclus.

Pour les foyers situés en zone 1 et consommant 12 000 kWh par an, cette offre est la moins chère du marché.

Offre verte - Tarif gaz TTC - Tarifs août 2020
ConsommationPar zonesAbonnement mensuelPrix au kWh
Tarifs EngieTarifs TotalEnergies% réductionTarifs EngieTarifs TotalEnergies% réduction
B0
Moins de 6 000 kWh par an
Zone 18,49€0%0,0934€0%
Zone 2
B1
Plus de 6 000 kWh par an
Zone 120,81€20,77€0%0,0686€0%
Zone 20,0693€

En savoir plus sur l’offre de Total Direct Energie

Ekwateur, un fournisseur vert qui donne le choix

contact ekwateurEkwateur décline ses offres :

  • Un prix fixe et un prix variable
  • Une offre 5% verte et une offre 100% verte

L’avantage du tarif d’Ekwateur fixe, c’est qu’il ne varie pas en même que les tarifs réglementés, chaque mois.

L’avantage du prix variable, c’est qu’il garantit la réduction sur les tarifs réglementés.

Aussi, le fait de choisir son taux de biogaz dans son offre de gaz permet de maîtriser le budget alloué à la transition énergétique. Cela permet de contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable, sans craindre d’avoir un budget énergétique trop élevé. Voici les tarifs des offres 100% biogaz.

Tarifs TTC - Dernière mise à jour : Août 2021
ConsommationPar zonesAbonnement mensuelPrix du kWh
Tarifs réglementés EngieTarifs ekWateur% réductionTarifs réglementés EngieTarifs ekWateur% réduction
B0
Moins de 6 000 kWh par an
Zone 1 (Lyon)8,49€12,86€+52%0,0934€0,0888€-4,93%
Zone 2 (Paris)13,11€+54%
B1
Plus de 6 000 kWh
Zone 1 (Lyon)20,81€27,37€+32%0,0686€0,0618€-9,91%
Zone 2 (Paris)28,42€+37%0,0693€-10,82%
Tarifs TTC - Dernière mise à jour : Août 2021
ConsommationPar zonesAbonnement mensuelPrix au kWh
Tarifs réglementés EngieTarifs ekWateur% réductionTarifs réglementés EngieTarifs ekWateur% réduction
B0
Moins de 6 000 kWh par an
Zone 1 (Lyon)8,49€12,86€+52%0,0934€0,0806€-13,70%
Zone 2 (Paris)13,11€+54%
B1
Plus de 6 000 kWh par an
Zone 1 (Lyon)20,81€27,37€+32%0,0686€0,0536€-21,87%
Zone 2 (Paris)28,42€+37%0,0693€-22,66%

Découvrir les offres d’Ekwateur

L’offre compensée carbone d’Eni

eniAstucio Planète, c’est l’offre compensée carbone proposée par le fournisseur de gaz italien. Cette offre propose du gaz à prix fixe pendant 3 ans. Ainsi, le tarif souscrit reste le même pendant trois ans, ne subissant pas les variations mensuelles du tarif réglementé du gaz. 100% du gaz est compensé carbone. Cela signifie qu’Eni s’engage à acheter l’équivalent de la consommation de ses clients en crédits carbone. Les crédits carbone servent à financer les projets qui visent à réduire les émissions de carbone. Ce n’est donc pas du biogaz mais bien du gaz naturel compensé carbone.

Eni ne sacrifie pas le service client dans le cadre de son offre verte. >> Voir notre avis sur Eni

Tarifs TTC - Astucio Planète - Dernière mise à jour : Avril 2021
ConsommationPar zonesAbonnement mensuelPrix au kWh
Tarifs EngieTarifs Eni% réductionTarifs EngieTarifs Eni% réduction
B0
Moins de 6 000 kWh
Toutes zones8,49€10,51€+24%0,0790€0,0811€
+2,61%
B1
Plus de 6 000 kWh
Zone 120,73€22,93€+11% 0,0543€0,0556€+2,39%
Zone 20,0550€0,0563€+2,44%

Découvrir Astucio Planète

L’option Mon gaz vert d’Engie

charte engieLe fournisseur historique de gaz Engie s’est ouvert à la concurrence en 2007, en même temps que le marché de l’énergie. En effet, depuis cette date, le fournisseur ne propose plus uniquement les tarifs réglementés. Engie propose plusieurs offres de gaz à prix de marché, comme les fournisseurs de gaz alternatifs.

Plutôt que de proposer une offre de gaz vert, Engie propose d’appliquer une option Gaz Vert. Ainsi, peu importe l’offre de gaz à laquelle le consommateur a souscrit, il peut y appliquer l’option Mon Gaz Vert. Pour comprendre sa facture de gaz Engie, il faut comprendre que le prix du biogaz s’applique sur le coût mensuel fixe.

Aussi, il est possible de contribuer à la transition énergétique à hauteur de 5% minimum, en payant 1,50 € TTC (toute taxe comprise) par mois. Ensuite, il suffit de choisir le pourcentage de biogaz souhaité dans son offre. Si le client choisit de contribuer à la transition énergétique en optant pour l’option Mon Gaz Vert à hauteur de 100%, alors le supplément sur sa facture est égal à 30€ TTC par mois.

Une fois de plus, Engie témoigne ainsi de sa volonté de laisser le choix au client. En effet, le client peut décider du budget mensuel alloué à la transition énergétique.

En savoir plus sur Engie

Qu’est-ce que le biogaz ?

Le biogaz est l’alternative renouvelable au gaz naturel. C’est le gaz écologique en somme. Le biogaz est écologique car il est possible pour l’humain de le produire. En effet, le biogaz est le résultat de la fermentation de matières organiques. Il permet de valoriser des déchets organiques de toutes sortes. Il faut dire qu’en matière de production de déchets, l’humain est productif. C’est pourquoi le biogaz est classifié parmi les énergies renouvelables : ses ressources sont illimitées.

Comment ça, le gaz naturel n’est pas écologique ? Pourtant il provient bien des ressources de la Terre ! Là est bien le problème. Nous puisons les ressources de la Terre sans relâche afin d’alimenter les foyers du monde entier en gaz naturel. Nous ne produisons pas le gaz naturel, nous l’extrayons. Pourtant, la Terre a ses limites. L’activité gazière est si intense que ces limites approchent. En effet, le gaz naturel naît de la sédimentation de matières organiques présentes dans le sol. Il est le résultat de plusieurs millions d’années de dégradation. Une fois les ressources de la Terre épuisées, il nous faudra patienter des millions d’années avant que la gaz naturel ne se reforme. Les experts ont estimé la fin du gaz naturel d’ici 70 ans. Voilà pourquoi le gaz naturel ne peut entrer dans le classement des énergies renouvelables : il ne l’est pas à l’échelle d’une génération.

Comment est produit le biogaz ?

Le processus qui mène à la production du biogaz s’appelle la méthanisation. C’est ainsi que l’on nomme la fermentation des matières organiques.

  • Le biogaz se trouve à l’état naturel, par exemple dans les marais, les rizières ou encore les décharges de déchets organiques
  • Ce qui est intéressant, c’est qu’il est possible de reproduire le processus de méthanisation dans des centrales de production

Le site du gouvernement nous informe que « la filière biogaz peut être décomposée en trois sous-filières, segmentées selon l’origine et le traitement des déchets :

  • Méthanisation de déchets non dangereux ou de matières végétales brutes
  • Méthanisation de boues de stations d’épuration des eaux usées (STEP)
  • Biogaz des installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND) »

Les matières organiques

biogaz

Pour produire du biogaz, il faut donc rassembler des matières organiques. Ces dernières peuvent être de différentes origines et de différentes ressources.

  • Il est possible de valoriser les déchets d’origine animale, tels que les déjections ou encore les déchets de lisiers récupérés depuis les élevages d’animaux
  • Les déchets d’origine végétale ne sont pas en reste : la paille, le foin, le gazon tondu sont tous des options tout à fait envisageables et de qualité
  • Les déchets ménagers pourront également être valorisés dans le cadre du processus du production du biogaz. Par là, nous entendons : les déchets non dangereux, les ordures ménagères ou encore les matières de vidanges
  • Il est également possible d’utiliser certains types de déchets industriels, tels que les déchets de boue de stations d’épuration
  • Enfin, il ne faut pas omettre les déchets agricoles. En effet, les nombreux déchets qui résultent des processus multiples de fabrication sont d’excellentes matières organiques. Par exemple : les déchets générés par le processus de fabrication du lait, du fromage, des cultures. On peut tout à fait utiliser des pommes de terre invendables ou des oignons trop abîmés.

Bien sûr, cette liste est loin d’être exhaustive.

Il est de bon ton de trier au maximum les déchets organiques. En effet, plus les déchets sont de qualité, plus le biogaz le sera aussi. Aussi, si plusieurs déchets d’origines différentes sont mélangés, la qualité du biogaz s’en voit également améliorée.

Les étapes de la fabrication du biogaz

La digestion

Une fois les matières organiques triées et choisies en fonction de leur qualité et leur propension à produire du biogaz de qualité, on les dispose dans des cuves. Ces cuves sont entièrement hermétiques. Elles s’appellent digesteur, réacteur à biogaz ou encore méthaniseur.

production biogaz

Ces cuves ont pour fonction de priver complètement les matières organiques d’oxygène. C’est dans ces conditions que les déchets organiques sont bouillis et chauffés pendant plusieurs semaines. Le processus est bien moins long que celui qui mène au gaz naturel : il dure sept semaines environ.

De la digestion résultent deux types d’énergies :

  • Le digestat : c’est un engrais naturel. Il est d’ailleurs utilisé ensuite dans le cadre de cultures.
  • Le biogaz : il est donc extrait de la cuve de la même façon que l’est le gaz naturel des nappes terrestres.

La purification

Au moment de son extraction, le biogaz contient des impuretés. En effet, bien qu’il soit majoritairement composé de dioxyde de carbone (CO2) et de méthane, il contient d’autres types de gaz qui empêche son injection immédiate dans le réseau gazier. Ces gaz sont les suivantes : hydrogène sulfuré, ammoniac, siloxanes, oxygène, mercaptans, etc. Le biogaz présente également des traces d’eau.

Aussi, avant toute injection, il faut procéder à l’épuration du biogaz. Ce faisant, les opérateurs font en sorte qu’il ne reste plus que du méthane dans la composition du gaz vert. Il devient alors biométhane.

L’odorisation du biométhane

Le biogaz, au même titre que le gaz naturel, est inodore. Aussi, il est obligatoire de procéder à l’odorisation du biométhane avant son injection dans le réseau gazier. Cela est la solution trouvée afin que les fuites de gaz puissent être détectées et traitées rapidement.

En France, Engie est pour l’heure le premier fournisseur de gaz qui est aussi producteur de biométhane. Le fournisseur historique a d’ailleurs réalisé une petite vidéo d’explication sur la production du biogaz par méthanisation.

Utilisation du biogaz

Une fois produit, le biogaz peut remplir plusieurs fonctions. En fait, il remplace le gaz naturel dans toutes ses utilisations. Le biogaz peut être utilisé dans plusieurs cas de figure :

  • La production de l’électricité. En effet, les centrales de production électrique peuvent utiliser le gaz naturel, et donc le biogaz, comme combustible. Grâce au biogaz, l’électricité produite par ce procédé peut être considérée comme de l’électricité verte.
  • Les agriculteurs peuvent utiliser le biogaz pour chauffer leurs serres
  • Le biogaz est une alternative au carburant ! En effet, les nouveaux véhicules GNV roulent grâce au gaz. Une fois encore, ils sont prévus pour le gaz naturel, tout à fait remplaçable par le biogaz.
  • Enfin, le biométhane peut être injecté dans le réseau gazier afin d’alimenter les foyers et autres entreprises sur tout le territoire français. L’injection du biogaz dans le réseau gazier français contribue à le rendre plus vert. Ces objectifs s’inscrivent dans la transition énergétiques fixés par l’ADEME et GRDF.

Qu’est-ce qu’une offre de gaz vert ?

Il existe deux types d’offres de gaz vert.

biogazLes offres de gaz 100% vertes

Lorsqu’un fournisseur de gaz propose une offre de gaz vert, il s’engage à acheter l’équivalent de la consommation de ses clients en garanties d’origine. Le système européen des garanties d’origine régit toutes les offres vertes, d’électricité et de gaz. C’est la société Powernext qui s’occupe de la remise des garanties d’origine.

Lorsqu’un fournisseur achète une garantie d’origine, elle est remise aux producteurs de biogaz afin de lui assurer une rémunération. Cette rémunération lui permet d’entretenir le matériel nécessaire à la production du biogaz. C’est une façon de participer activement à la transition énergétique et à l’amélioration de la qualité du réseau gazier.

Les offres de gaz compensées carbone

Dans le cadre d’une offre compensée carbone, le fournisseur s’engage à acheter des crédits carbone. Ce sont des crédits qu’ils peuvent acheter auprès d’associations habilitées. Ces crédits carbone ont pour but de compenser les émissions de carbone générées par les clients des fournisseurs.

Les associations qui vendent ces crédits carbone utilisent leur rémunération pour mettre en place des projets. Ces projets s’inscrivent dans la transition énergétique. Ils consistent à éviter les émissions de carbone, ou encore de capter le gaz à effet de serre. Depuis le protocole de Kyoto, le principe de neutralité géographique implique que ces associations peuvent être situées n’importe où dans le monde.

En savoir plus sur le réseau gazier

L’organisme qui se charge du réseau de distribution national du gaz est GRDF. À titre comparatif, c’est Enedis qui se charge du réseau électrique. Ces deux organismes ont le monopole de la distribution des énergies et travaillent indépendamment des fournisseurs d’énergies.

Lorsque du gaz est injecté dans le réseau gazier, il n’est plus possible d’en assurer la traçabilité : on ne peut plus déterminer son origine, ni son mode de production. En effet, gaz naturel ou biogaz, le gaz, toute origine confondue, se mélange. C’est pour cela qu’on parle de « verdir le réseau gazier ». En effet, ce qui est quantifiable, c’est le taux de gaz vert injecté.

Le gaz naturel et le biométhane sont donc mélangés dans le réseau gazier. Souscrire un contrat de gaz signifie alimenter son foyer avec un mix de gaz naturel et de biogaz, mélangé de manière homogène. C’est ainsi que GRDF assure l’alimentation en gaz à tous les foyers de France.

À titre illustratif, si  les consommateurs souhaitaient être sûrs de consommer du biogaz, il faudrait qu’une ligne de distribution soit directement rattachée à leur logement. C’est impossible.

Mais alors, à quoi bon souscrire à une offre de biogaz ?

Bien que le biogaz ne soit pas directement injecté dans le logement du client, il est tout de même bien produit et bien présent dans le réseau gazier.  Ainsi, le fournisseur de gaz va acheter l’équivalent en gaz vert que ce que le client a consommé durant l’année, et l’injecter sur le réseau de distribution. Cela permet de soutenir la production de biogaz et d’agir en faveur de la transition énergétique. N’oublions pas que la transition énergétique est un acte, un objectif en faveur de la planète, pas de nous.

Etat des lieux de production du biogaz en France

Sia Partners a effectué un état des lieux du biométhane en France. Il a été réalisé en mai 2020. Aussi, nous mettrons les informations à jour lorsqu’un nouvel état des lieux sera publié.

Les unités de production du biogaz

L’évolution du nombre d’unités de production de biogaz et, par extension, de biométhane, est exponentielle. Le premier trimestre 2020 a été témoin de l’émergence de 16 nouvelles installations, qui se sont ajoutées au 123 existantes. On peut voir sur ce graphique qu’en trois ans, 95 nouvelles unités de production de biogaz ont vu le jour. Cela témoigne évidemment des efforts que la France met en œuvre pour atteindre ses objectifs de développement durable.

GRDF nous informe qu’aujourd’hui, 226 sites injectent du biogaz dans le réseau national français (tous réseaux confondus). Environ 80% des producteurs de biométhane sont agriculteurs.

production biogaz

Source : Open Data Réseaux Énergies, analyse Sia Partners

Le taux de biogaz dans le mix gazier français

injection biogaz

Source : Open Data Réseaux Énergies, analyse Sia Partners

Au premier trimestre 2020, on constate que le taux de biogaz dans le mix gazier a également évolué de façon exponentielle.

Au 8 mars 2021, GRDF précise que « 4 096 GWh/ an ont été produits, dont 3 188 GWh/an  dans le réseau de GRDF, soit l’énergie nécessaire pour chauffer près de 682 699 foyers ou faire rouler près de 16 001 bus ».

Afin d’illustrer ces données, voici l’évolution du nombre de garanties d’origine délivrées. Les garanties d’origine étant les garants de la production de gaz renouvelable, ce nombre incroyable témoigne de réelles évolutions.

GOS biogaz

Contexte et ambitions dans la filière du biogaz

Le biogaz est une solution de production d’énergie très importante pour la transition énergétique. À ce jour, le coût de production du biogaz est toujours très élevé. Il dépend certes des lieux de production. Il est également à relativiser par rapport aux emplois créés et les émissions de carbone évitées.

À titre d’exemple, Le Point nous apprend que produire du biogaz à Château-Renard coûte environ 90 euros par mégawattheure (90€ / MWh).

En France, il est obligatoire de récupérer le gaz de décharge depuis l’arrêté du 9 septembre 1997.

En 2015, un objectif de production de biogaz de 10% de la consommation totale de gaz pour 2030 a été fixé par la loi sur la transition énergétique. Un objectif très ambitieux lorsque l’on sait que, en 2016, la part du biogaz n’était que de 0,2%. De nombreux projets fleurissent cependant ces dernières années, afin d’inverser la tendance.

En Europe, les marchés du gaz de l’Allemagne et la Grande Bretagne font partie des pays qui produisent le plus de biogaz. En tout, ce sont 14,6 millions de foyers européens qui sont actuellement alimentés par du biogaz.

Par comparaison, en 2017, la part d’électricité renouvelable consommée par les foyers était de 18,8%.

Les objectifs à l’horizon 2030

objectifs biogazLe biogaz s’inscrit très concrètement dans les objectifs de développement durable, fixés en France et plus globalement en Europe. Ainsi, les ambitions autour de la méthanisation et de son bon développement sont grandes.

La loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte a fixé un objectif à l’horizon 2030 : atteindre un réseau gazier national contenant 10% de gaz renouvelable. Un objectif poussé à son paroxysme à l’horizon 2050 avec une ambition d’un réseau composé à 100% de biogaz.

Pour atteindre cet objectif qui paraît somme toute très ambitieux, GRDF compte sur le bilan prévisionnel pluriannuel effectué. Ce dernier prévoit un scénario volontariste. GRDF annonce que « 633 projets sont en émergence et 1 007 projets sont inscrits dans le registre des capacités, soit 21 442  GWh, au 1er octobre 2019 ».

L’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a réalisé une étude en partenariat avec GRT-Gaz et GRDF, le gestionnaire du réseau de transport du gaz et le gestionnaire du réseau de distribution. Cette étude appelée « Mix de gaz 100 % renouvelable en 2050 ? » vise à étudier la faisabilité technico-économique d’un tel objectif. Concrètement, cette étude a démontré que les capacités théoriques permettent d’assurer la demande croissante à l’horizon 2050.

Les trois organismes ont réalisé l’étude sur la base « d’analyses de sensibilités et divers scénarios de mix de production de gaz renouvelable », qui ont montré que :

« Il existe un gisement potentiel théorique de gaz renouvelable pouvant répondre à une demande énergétique réduite en 2050 pour un coût global du gaz compris entre 116 et 153 ¤/MWh. Cela nécessitera des évolutions du système gazier et notamment de développer la complémentarité entre réseau gaz et réseau électrique. Ceci confirme que pour rendre notre système énergétique plus durable, il est nécessaire de renforcer les interactions entre les vecteurs énergétiques et d’optimiser leurs synergies et ce à différentes échelles de territoires. »

>> Consulter les offres de gaz renouvelable

► Comparateur de gaz : voir notre classement