Fin des tarifs réglementés de l’énergie : comment anticiper ?

fin des tarifs réglementésLa fin des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité est amorcée. L’été dernier, le conseil d’État a annulé un décret encadrant les modalités de fixation des prix réglementés du gaz, les tarifs du fournisseur Engie étant considérés comme « une entrave à la réalisation d’un marché concurrentiel du gaz »Mais alors, vers quelles offres le consommateur peut-il se tourner ? Quel avenir pour les tarifs de l’énergie ?

► COMPAREZ TOUTES LES OFFRES D’ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ

Qu’est ce qu’un tarif réglementé ?

Les tarifs réglementés sont apparus en 1946, après la seconde guerre mondiale. Ils avaient pour but de réglementer et d’éviter des variations trop brutales des prix du gaz et de l’électricité. Depuis, les tarifs des fournisseurs historiques EDF et Engie (ex-GDF Suez) sont encadrés par les pouvoirs publics. Les tarifs réglementés servent à couvrir l’ensemble des coûts supportés par les opérateurs historiques. C’est l’État qui fixe les prix du gaz tous les mois et 1 à 2 fois par an pour les tarifs de l’électricité, après avis de la Commission de Régulation de l’Énergie.

En 2007, le marché de l’énergie s’est ouvert à la concurrence. Par conséquent, EDF et Engie ont perdu le monopole sur leur marché. Désormais, les tarifs réglementés sont opposés aux offres de marché, c’est-à-dire des offres à des tarifs et conditions choisis librement par des fournisseurs alternatifs. Cependant, bien qu’ouvert à la concurrence, le marché de l’énergie reste lui encore dominé par EDF et Engie. Nombre de consommateurs ignorent tout simplement la présence d’autres fournisseurs ou leur fonctionnement.

Fin des tarifs réglementés de l’énergie ?

Tarifs réglementés, « obstacles à la libre concurrence »

fin des tarifs réglementésDéjà plusieurs fois, l’Autorité de la concurrence a pointé du doigt les tarifs réglementés, les estimant comme un moyen pour les fournisseurs historiques d’abuser de leur position dominante. L’Autorité a également recommandé au gouvernement de préparer la fin des tarifs réglementés en établissant « une feuille de route visant à supprimer, par étapes, l’ensemble des tarifs réglementés de vente au cours des prochaines années ».

Pour faire bouger les choses plus rapidement, une association regroupant des fournisseurs d’énergie alternatifs a mené un véritable combat pour amorcer la fin des tarifs réglementés. Effectivement, c’est l’ANODE (l’Association Nationale des Opérateurs Détaillants en Energie) qui a saisi le Conseil d’État pour faire annuler le décret, du 16 mai 2013, relatif aux tarifs réglementés de vente de gaz naturel.

L’association considère en effet que les tarifs réglementés font obstacle à la libre concurrence sur le marché de l’énergie. Et ils ont obtenu gain de cause en juillet dernier. Le décret a été annulé, annonçant ainsi l’éventuelle fin des tarifs réglementés pour le gaz naturel.

Fin des tarifs réglementés du gaz, un processus déjà enclenché

Depuis dix ans, les particuliers peuvent souscrire à des offres de marché. Ces offres sont proposées à la fois par Engie et ses concurrents. En ce qui concerne la fin des tarifs réglementés du gaz pour les « gros » professionnels (plus de 200000 kWh/an), ils ont déjà disparu depuis le 1er janvier 2015. Les « petits » professionnels (consommant plus de 30000 kWh/an) ont eux aussi vu la fin des tarifs réglementés arriver un an plus tard. Dans les deux cas, il a fallu passer à des offres de marché.

La fin des tarifs réglementés du gaz pour les particuliers est prévue pour 2023. Aujourd’hui c’est près de 5,4 millions de particuliers qui profitent des tarifs réglementés, dont 5,2 millions alimentés par Engie. Mais alors comment ce changement s’effectuera-t-il ?

La fin des tarifs réglementés de l’électricité

La décision rendue par le Conseil d’Etat au sujet des tarifs réglementés du gaz semble annoncer une décision similaire concernant ceux de l’électricité. Cependant aucune déclaration ou échéance n’a encore été rapportée. De plus, la fin des tarifs réglementés de l’électricité semble plus complexe. L’association des consommateurs, l’UFC, craint une hausse des prix car les tarifs réglementés font actuellement office de référence.

La fin des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité reste donc pour le moment hypothétique. La décision du Conseil d’Etat n’étant qu’une première étape vers la fin des tarifs réglementés. Dans tous les cas, elle ne sera effective que dans de nombreuses années, laissant au consommateur le temps de s’organiser.

Les offres de marché, alternative aux tarifs réglementés

Les tarifs réglementés sont souvent considérés comme une protection face aux augmentations des prix du marché de l’énergie. Ainsi la fin des tarifs réglementés ne fait pas l’unanimité. Cependant depuis plusieurs années, les prix du gaz ont tendance à baisser, notamment grâce aux offres de marché des fournisseurs alternatifs.

Proposant un large éventail d’offres, ces fournisseurs sont souvent plus avantageux. Les tarifs des offres de marché ont déjà conquis près d’un consommateur sur cinq selon l’Observatoire des marchés du gaz et de l’électricité. Il peut donc être judicieux de comparer les fournisseurs afin d’opter pour la meilleure offre avant la fin des tarifs réglementés.

Les offres de marché en gaz les moins chères

 Offre online
Total Direct Energie
Offre gaz fixe
Eni
Offre gaz variable
EkWateur
Tarifs réglementés
Engie
Abonnement (par an)250,2€282,12€313,08€249,36€
Prix au kWh0,0505€0,0483€0,0382€0,0550€
► Voir l'offre► Voir l'offre► Voir l'offre► Voir l'offre
Tarifs basés sur une consommation B1 (entre 6001 et 30000 kWh/an) et correspondant à la Zone 1 - mis à jour au 1er janvier 2020

 

Nul besoin d’attendre la fin des tarifs réglementés pour changer de fournisseur d’énergie. Parmi les offres de marché disponibles en gaz, nous retrouvons les tarifs Direct Energie, qui propose une des offres les moins chères du marché. Comme son offre « Online », 100% web, où tout s’effectue en ligne. Direct Energie propose un prix d’abonnement annuel identique à celui du tarif réglementé d’Engie. En revanche, le prix au kWh est lui moins cher de 8,4% que le tarif d’Engie.

Un autre fournisseur, le tarif Eni, propose «Webeo». Il s’agit également d’une offre online, et à prix fixe donc qui n’évolue ni à la hausse ni à la baisse durant toute la durée d’engagement. Le prix de l’abonnement est certes plus onéreux mais le prix du kWh est en moyenne 8% moins cher. Pour une consommation au-dessus de 6000kWh/an, le prix au kWh étant plus faible, cela est plus intéressant.

Enfin pour un consommateur soucieux de son impact sur l’environnement, ekWateur est un fournisseur d’énergie alternatif qui y est particulièrement sensible. le tarif EkWateur propose de l’énergie 100% renouvelable, issue essentiellement de centrales hydrauliques. Son offre « gaz variable » présente un prix d’abonnement lui aussi plus cher, mais cela s’explique par le coût des frais de transports et de distribution de l’énergie. Cependant le prix au kWh est jusqu’à 25% inférieur à celui d’EDF.

Les offres d’électricité

 Puissance
compteur (kVA)
EDF
Tarif Bleu
Mint Énergie
Offre online 100% green
Direct Énergie
Offre online
Eni
Webeo
Abonnement
(par an)
6:
9:
12:
107,04€
125,04€
143,52€
107,04€
125,04€
143,52€
107,04€
125,04€
143,52€
107,07€
125,07€
143,46€
Tarifs au kWh6:
9:
12:
0,1467€
0,1483€
0,1483€
0,1341€
0,1355€
0,1355€
0,1352€
0,1367€
0,1367€
0,1381
0,1395
0,1395
► Voir l'offre► Voir l'offre► Voir l'offre► Voir l'offre

 

De même, les offres d’électricité de marché sont nombreuses et avantageuses, suffisamment pour que le consommateur ait envie de changer de fournisseur avant la fin des tarifs réglementés. Le prix des abonnements des offres de marché, est souvent identique au tarif réglementé d’EDF, mais il est possible de réaliser des économies sur le prix du kWh.

Par exemple, Mint Énergie propose une offre online 100% green. C’est une électricité verte, issue d’énergies renouvelables qui est fournie. En plus de préserver l’environnement, les tarifs de Mint Energie sont parmi les moins chers du marché. Direct Énergie et Eni proposent eux aussi un prix de l’abonnement indexé sur celui d’EDF. Mais leur prix au kWh est 6% moins cher qu’EDF pour Eni, et 9% moins cher pour Direct Énergie.


Rédigé par Anys

On vous donne la parole, participez au Forum Capitaine-Energie.com !